Aztèques: Harem


Eric COSTA





Résumé



Huaxca, 1516
Une attaque des Aztèques,
Une fille de chef vendue comme esclave dans un harem.
Sur sa route, intrigues, manipulations et meurtres.
Une course effrénée vers le pouvoir.
Des femmes qui se servent d’elle,
Qui jouent avec sa vie,
Pour séduire un Maître mystérieux et sans pitié.
La mort peut frapper derrière chaque porte.
Mais au-delà de ces épreuves, une question se pose : existe-t-il une cage assez grande pour la fille de l’aigle ?

Laissez-vous emporter dans un grand voyage, un ailleurs et un autrefois caché au sein d'une civilisation aussi fascinante qu'effrayante.



Mon avis

Quand l'auteur m'a proposé de découvrir son univers, j'ai tout de suite accepté par curiosité... Un véritable défi car le fil conducteur du livre est sur l'histoire aztèque... Ça m'a fait sortir des sentiers battus...

Il est vrai que j'ai connu quelques difficultés avec les noms car ils sont vraiment spéciaux (Cuauthli, Miquiztil etc..). Il a fallu un petit temps d'adaptation mais je m'y suis faites et ça été beaucoup plus facile une fois acquis.

Ce que j'ai remarqué et ressenti, c'est la passion de l'écrivain pour ce "peuple". J'y ai décelé ce regard très pointu concernant les croyances religieuses et leur façon de vivre. J'aurais pu croire que l'auteur avait vécu avec eux et avait retranscrit ses souvenirs. 

Ameyal qui est l'héroïne du roman est décrite avec précision : son physique et son caractère. A 16 ans, elle a un caractère d'une femme adulte et un trait ressort plus que les autres: elle est indomptable et veut devenir chef. Elle veut diriger comme son père. Ce n'est pas une fille que l'on peut dompter. Mais franchement, elle a vécu une histoire voire plusieurs vraiment difficiles et heureusement qu'elle a cette envie de s'en sortir; c'est ce qui l'a fait tenir et qui l'a forcée à réfléchir afin de trouver une parade à chaque épreuve.

De plus, l'auteur donne énormément de détails sur les vêtements que les Aztèques portaient à cette époque...Il y a parle des couleurs chatoyantes et lumineuses; des matières différentes suivant si la femme est une esclave intérieure ou extérieure. Il explique aussi la place de la femme et celle de l'homme. Mais ce qui est nouveau pour moi, c'est sa façon de parler des odeurs particulières de fruits, d'épices, des fleurs. J'avais comme qui dirait la sensation de respirer ces parfums, de toucher les différentes matières qui étaient utilisées pour faire les vêtements et le goût car il y parle de fruits que je ne connaissais pas et décrit des plats typiques de cette époque. Les décors y sont décrits avec beaucoup de minutie...En ce qui concerne la végétation environnante et les bâtiments, on a droit à un florilège de mots merveilleux et tellement attentif aux détails. 

Mais ce qui est très important c'est la part importante des Dieux dans l'histoire (Fleur Quetzal: déesse des femmes et de l'amour, Toci....et bien d'autres)

On y découvre malgré tout, toutes les difficultés à vivre dans un Harem où on y trouve des épouses et de nombreuses concubines...Les jalousies, les sournoiseries et que tout n'est pas si "paradisiaque" car il y a aussi des punitions et des sanctions qui y sont évoquées sont barbares (heureusement que ce n'est plus d'actualité)...

Je vais vous confier ceci: Je croyais que j'aurais eu dure à le lire car ça concerne quand même l'histoire mais j'ai été abasourdie quand je suis arrivée à la fin du livre ... Le temps a passé tellement vite en compagnie de Ameyal et de ses congénères.... J'ai été déçue d'arriver à la fin et de me dire qu'il fallait attendre la suite ...Oui oui j'ai le deuxième tome et je m'y mettrais très vite car je suis impatiente de découvrir la suite de son histoire... J'y ai pris goût....

Merci pour cette expérience "historique" convaincante... Votre plume m'a transporté dans un autre monde le temps d'un roman... Vous m'avez rendue accro à votre façon d'écrire....

A très bientôt...


Commentaires